← Le blogue de Psylio

Se respecter dans le changement

Annie Ferland
Écrit par Annie Ferland /

Récemment, j’ai assisté à une conférence qui portait sur l’importance de se montrer proactif et de se responsabiliser face aux changements imposés. En effet, se mobiliser et être dans l’action pendant une transition a de bonnes chances d’aider à retrouver du pouvoir et à se sentir mieux. Se montrer curieux et ne pas hésiter à s’informer et mieux comprendre ce qui sous-tend le changement peut être bien aidant aussi.

Ma réflexion s'est poursuivie par la suite. Il m’est arrivé de ressentir, pendant une transition, non pas la possibilité d’être une actrice de changement, mais une détresse bien réelle, et plutôt écrasante ou même paralysante. Aurait-il été préférable à ce moment que je fasse preuve d’une plus grande proactivité? Qu’est-ce qui a manqué à mes efforts? Comment aurais-je dû m'y prendre?

Je me suis remémorée comment, face à bien des changements, ce type de stratégies peut donner de bons résultats :

Mais une partie tout aussi importante de la réponse m’est apparue en écoutant cette chronique de Sonia Lupien, Ph.D., qui expliquait la trappe du stress: https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/penelope/segments/chronique/420701/sante-physique-mentale-bien-etre.

Malgré les efforts qu’on peut investir pour gérer les émotions difficiles, on reste à risque, dès qu’on se retrouve en forte réaction de stress, d’oublier toutes nos techniques et stratégies et de ne plus être en état de gérer quoi que ce soit.

Ça peut sembler décourageant, surtout à côté des discours optimistes qui prônent que tout est possible et qu’on peut tout accomplir si on y croit ou si on travaille assez fort. En fait, ce que les faits démontrent, c’est qu’on peut accomplir beaucoup de choses, mais pas toutes et seulement selon certaines conditions qui ne dépendent pas toutes de nous. Moins vendeur, hein? Mais c’est aussi plus réaliste et, à mon sens, plus respectueux de nos émotions et réactions.

J’espère toujours, en écoutant mon stress, qu’il m’indique que j’ai la possibilité de sortir de ma zone de confort, de vivre un défi intéressant et de m’épanouir. Mais le stress peut aussi porter le message que mon niveau d’énergie ou mes capacités d’adaptation ne sont pas en état de foncer, que j’ai besoin d’un temps de répit. Il peut m’indiquer que des conditions externes ne me conviennent pas ou ne correspondent pas à mes valeurs, et que la meilleure façon de me respecter serait de documenter et d’exprimer mon désaccord avec le changement qui m’est imposé, ou de m’en distancier. Et comme le stress se communique d’une personne à l’autre, il peut même arriver que je ressente le stress de mes collègues ou de mes proches. La résolution du stress et la bonne gestion du changement ne peut pas reposer entièrement sur une seule personne et ses efforts.

Bien sûr, j’ai envie de contribuer positivement aux changements qui se présentent sur ma route. Mais si malgré mes efforts je n’y parviens pas, ça ne veut pas dire que j’aurais dû essayer plus fort. Les discours optimistes, quand ils ne sont pas accompagnés de leurs précieuses nuances, sont à risque de glisser vers du volontarisme magique ou de l’optimisme cruel, des concepts qui sont également bien documentés en psychologie. Ça m’envoie le message que si j’échoue, c’est uniquement de ma faute, et que la prochaine fois, il suffira que j’y mette un peu plus du mien. Et si la prochaine fois, il y a encore plus de stresseurs et d’obstacles? Ça me semble se rapprocher dangereusement d’un facteur de risque d’épuisement.

Au fond, le résultat de nos efforts dépend d’une multitude de facteurs. Plusieurs de ces facteurs relèvent du système ou de la société dans laquelle on évolue et ça arrive qu’ils contrecarrent nos plans, sans qu’on puisse réagir à temps. Dans ces cas-là, la culpabilité de ne pas réussir à s’adapter risque non pas d’outiller, mais d’ajouter des obstacles à la mobilisation.

Votre stress, comme toutes vos émotions, peut porter plusieurs messages différents, et il importe de vous écouter et de vous respecter lorsque l’inconfort persiste malgré vos efforts pour accueillir le changement. Personne d’autre que vous ne peut prétendre mieux savoir ce dont vous avez besoin et ce que vous devez accepter ou tolérer. Et si malgré vos efforts vous constatez que vos ressources internes ne suffisent plus, rappelez-vous qu’il est tout aussi normal d’avoir besoin d’aide pour traverser le changement. Bien des professionnels sont prêts à vous aider à tracer le meilleur chemin pour vous, en vous considérant avec vos défis, vos forces, et vos précieuses nuances.

Annie Ferland

Psychologue, D. Ps.

Ressources & Soutien

Psylio ce n’est pas seulement une plateforme de tenue de dossiers, c’est aussi une communauté de professionnels très engagés où règne le partage et l’entraide!

Boîte à outils du professionnel

Boîte à outils du professionnel

Nous vous proposons un accès facile et centralisé à divers documents, outils et ressources à la fois de travail et d’intervention.

Voir les outils →
Boîte à outils du professionnel

Une communauté privée pour partager et s’entraider

Joignez-vous à une communauté de professionnels passionnés et engagés. Peu importe votre milieu de pratique et votre clientèle, vous tirerez sans aucun doute profit de la richesse du groupe.

Joindre

Concentrez-vous sur l’essentiel :
vos clients

Essayez gratuitement